Why police surveillance can’t be carte blanche